Apprendre à s’aimer

Ce matin je suis tombée sur ce paragraphe de Fabrice Midal dans « Devenez narcissique »

« Nous aimons les autres pour ce qu’ils sont, comme ils sont.

Par contre notre jugement sur nous-mêmes est implacable: Nous ne parvenons pas à nous aimer comme nous sommes, pour ce que nous sommes. Un test très simple est celui de la photo : comment se fait-il que les autres soient forcément radieux et formidables, sauf moi qui ai une sale tête ? »

« …accepter de rentrer en rapport avec des blessures que j’aurais préféré ignorer, avec ma réalité qui est très éloignée de celle du modèle auquel j’aspire à ressembler…

Me réconcilier avec moi-même, avec ce moi que j’ai peur de regarder de trop près : le moi vaniteux, mesquin, frileux, le moi faillible.

Se pardonner…c’est un processus qui mène à accepter d’être juste un être humain, un être fragile, un être perfectible. »

Quel soulagement de lire ça !

Comment voir l’image que je veux projeter/Regarder avec bienveillance la personne que je suis vraiment…

Si j’essaie de m’observer, je vois effectivement que je suis en permanence en train de me critiquer.

«  Je me suis levée trop tard. J’aurais dû partir pus tôt. J’aurais dû vérifier les horaires et ne pas louper ce métro. J’ai mis trop de temps à écrire cet article, à répondre à ce mail. Je suis trop lente au travail. Je passe beaucoup trop de temps à trainer dans les cafés (ça c’est vrai). Je n’aurais pas dû dire ça. C’est inapproprié. Je suis en retard sur tous mes projets importants. Je n’en fais pas assez pour ma famille. Je ne me trouve pas belle sans maquillage. J’ai moins de succès que telle ou telle femme, plus jeune, plus jolie ou plus intéressante…. »

Critique, critique…Je vis dans une espèce de dureté et d’indifférence vis-à-vis de moi-même. Alors que je suis la première à encourager, féliciter, soutenir les autres, à les mettre sur un piédestal. Je pense que j’ai fait beaucoup de progrès, mais il y  a encore beaucoup à faire; c’est comme nettoyer les écuries d’Augias.

 

Voici quelques pratiques/prises de conscience qui m’ont aidée:

  • Pratiquer la gratitude
  • Réaliser que je ne suis pas obligée de m’adapter à des environnements qui ne me conviennent pas (notamment professionnels) ; une grande découverte, ça !! merci @ Kishori Aird et Steve Pavlina; petit à petit identifier les environnements qui me conviennent
  • Trouver enfin un environnement personnel et des relations qui me conviennent
  • Devenir consciente de la petite voix critique dans ma tête et la remplacer par des paroles de réconfort, d’encouragement, de félicitations, à voix haute

 

Quelques pratiques que je veux tester:

J’ai l’intention de faire la formation « apprendre à s’aimer avec le miroir » avec Louise Hays et Robert Holden  (pour le moment n’existe qu’en anglais)

https://www.hayhouse.com/loving-yourself-online-video-course-hhu

Il s’agit d’une série d’exercices qui consiste à travailler avec le miroir (soi dans le miroir), à se parler, pour apprendre à s’aimer. C’est expliqué ici :

https://www.louisehay.com/what-is-mirror-work/

Je voudrais essayer de mettre plus de douceur, de chaleur, de sensualité dans mon environnement personnel  (Mon environnement actuel est plutôt froid et impersonnel). Apprendre à créer un environnement plus doux, plus féminin, plus réconfortant, par exemple avec des étoffes, des couleurs, des photos…

M’arrêter pour savourer le moment présent : respirer, déguster un repas, etc…

yes! 🙂 )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.