Travail sur les pensées stressantes

Byron Katie* :

Exemple de pensée stressante : “Mon mari ne m’écoute pas.”

Les quatre questions :

  1. Est-ce vrai ?
  2. Pouvez-vous absolument savoir que c’est vrai ?
  3. Comment réagissez-vous quand vous croyez cette pensée ?
  4. Qui seriez-vous sans cette pensée ?

 

Soumettez votre pensée stressante à chacune de ces questions l’une après l’autre.

Posez-vous ces questions, restez tranquillement assis, laissez-vous du temps et permettez à votre réponse d’émerger de l’intérieur, du plus profond de votre être.

Une fois votre exploration guidée par les quatre questions terminée, retournez votre pensée en trouvant des affirmations contraires à celles que vous avez écrite.

Par exemple pour « mon mari en m’écoute pas » un retournement possible est « mon mari m’écoute ».

Trouvez trois exemples précis et authentiques qui montrent que cette affirmation-là est vraie dans votre vie. Il existe d ‘autres retournements possibles, tels que « je ne m’écoute pas » et « je n’écoute pas mon mari ».  Trouvez trois exemples pour chaque retournement.

Lorsque vous remettez en question vos pensées stressantes, vous prenez conscience que tout ce qui vous perturbait n’était qu’un malentendu. Vous prenez conscience que ce que vous croyez n’est pas nécessairement vrai. C’est le début de la liberté.

 

*Le retournement. L’art de métamorphoser nos souffrances en joie

Français

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.