Vers la lune

Ça fait 2 jours que j’ai recommencé à travailler en entreprise (après 3 années d’interruption) et j’avoue que pour le moment j’apprécie.

Je retrouve une dynamique : le fait de se lever tous les matins pour aller au travail, d’interagir avec mes collègues et avec mon supérieur hiérarchique me stimule. Je sais ce que j’ai à faire. Il y a un certain stress, car je dois répondre à leurs attentes et m’adapter rapidement. J’avoue que c’est stimulant, que quelque part cela me réveille.

J’ai adoré mes 3 années d’interruption (sans travail) et d’exploration, mais ça n’a pas été évident de trouver cette énergie au quotidien. Pourtant je suis quelqu’un d’assez discipliné, je me lève tôt.

Mais ça ne suffit pas pour trouver l’énergie, le flow, l’inspiration, la niaque. C’est plus compliqué qu’au travail quelque part.

Au travail

Quand je suis au travail, je me retrouve dans une organisation simple, limpide : si je ne donne pas satisfaction, alors je suis virée, je n’ai plus de salaire, et ma vie s’arrête.

Les objectifs sont simples : chaque jour, je dois résoudre de mini-problèmes, liés à la comptabilité, au classement et à l’analyse de comptes.

C’est simple, efficace, et ludique, et pour moi ça a marché pendant des années.

Evidemment il y a quelques inconvénients à cela

  • L’essentiel de notre temps est loué à l’entreprise ; on n’a donc pas de temps de se connaitre soi-même, de trouver sa mission de vie, de se mettre au service des autres pour faire évoluer cette planète. (Le seul rôle qu’on devrait être en train de jouer, d’ailleurs!! au lieu de faire les ouvriers, affectés la production de biens et services).
  • On ne choisit pas les gens avec qui on travaille, et on se contente de relations quotidiennes limitées.

Mais au moins on sait comment utiliser notre énergie. On fait partie d’une organisation, on sait ou on va.

En dehors du « travail »

Quand on s’éjecte (ou est éjecté de ce système – je veux dire un systeme de salarié avec 1 job à plein temps) on se retrouve perdu, à errer dans la galaxie, plus ou moins déconnecté de tout.

Que faire, au-delà de retrouver du boulot ? Pour qui, avec qui, comment ?

Et comment retrouver cette énergie, cet équilibre ? Comment savoir où aller?

Mon premier réflexe a été de me poser la question : comment vais-je pouvoir gagner de l’argent ?

J’ai identifié quelques activités susceptibles de me rapporter de l’argent: hébergement airbnb, traduction financière français anglais (utilisant mes connaissances comptables et en anglais), prof de français… Logique… mais aucune de ces activités n’a tenu car la motivation n’était pas là.

 

Se poser les bonnes questions

Steve Pavlina recommande de voir les choses autrement :
Il parle de suivre « la lune (ou notre étoile) », au lieu de suivre “le doigt qui pointe vers la lune”.
Or quand on se demande : “comment je pourrai gagner de l’argent”, on suit le doigt qui pointe sur la lune.

Il conseille de se poser d’autres questions, comme :

  • Qu’est ce qui a suffisamment de sens pour moi, pour que je m’y investisse à fonds pendant de années ? En anglais : « meaning and purpose » : sens et finalité (de l’activité recherchée)
  • Ou alors : dans quelle activité je m’amuse comme un enfant/je m’éclate? (« have fun » en anglais)

J’aime ces questions, et leur beauté.
Si on se pose ces questions, on devrait tendre vers la lune…?
Et dans ce cas la vie tend à s’occuper des questions d’argent pour nous…

Je me suis posée ces questions et j’ai déjà quelques réponses. A tester en dehors de mes heures de travail.  🙂

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.