Un petit pas

Quand les choses ne vont pas comme je le voudrais, ce qui me fait du bien c’est de faire un petit pas, de plus.

Un pas, petit ou grand, c’est faire une chose de mieux que la veille, m’améliorer sur un point. Un seul suffit.

Par exemple, aujourd’hui j’ai décidé de ne pas prendre de café et de jeûner – ou plutôt, comme jeûner me parait brutal, de réduire ma consommation tous azimuts et de me contenter de fruits et légumes crus : aujourd’hui donc ça sera thé (au lieu du café), pommes, cèleri et concombres.

Apres 15 jours de stress, (suite à nouveau job et challenges personnels), il y eu des abus de café, de repas caloriques et sucreries, et ça va me faire du bien. Si je continue sur ma lancée (notamment en réduisant le café) , ce changement m’aidera j’espère à résoudre 1 ou 2 pépins de santé, et peut représenter une réduction budgétaire.

Bref, suite à cette décision, je me suis sentie mieux.

J’ai donc embrayé sur un autre petit pas : j’ai listé les rencontres (masculines) que j’ai faites depuis début décembre, et je me suis posé la question :

Si c’était à refaire comment je m’y prendrais ?  Qu’est-ce que je peux améliorer ?

Je me suis rendu compte que je pouvais nettement améliorer ma communication. Certes je prends le temps de m’intéresser à l’autre, mais je laisse la discussion trop ouverte, au lieu de transmettre clairement mes intentions, et d’essayer d’en savoir plus sur celles de l’autre.

A 2, souvent, nous restons dans le flou, chacun espère ce qu’il veut.

Je remarque aussi que la discussion reste superficielle, sur des sujets variés, mais qu’on évite finalement de parler directement et sincèrement de soi.  Notamment évoquer : Voilà ce que je recherche personnellement et professionnellement ; et toi, que recherches-tu professionnellement et personnellement ?

La prochaine fois, ça pourrait donner quelque chose comme :

  • Je te trouve intéressant, j’ai envie de te connaitre mieux
  • Je suis intéressée par une relation d’amitié, e potentiellement par une relation sexuelle si je sens qu’il y a un bon feed entre nous. Qu’est-ce que tu en penses ?
  • Et toi, qu’est-ce que tu recherches en priorité en ce moment ? Des relations d’amitié ? Des relations sexuelles ?
  • Sur le plan relationnel (amoureux), quelle a été ton expérience jusqu’à maintenant ? Qu’est-ce que tu as envie d’expérimenter maintenant ?
  • Quel est ton projet professionnel et personnel aujourd’hui ?

Sans jugement de part et d’autre, mais pour voir s’il y  a possibilité de match (ou pas).

(Dans la foulée, une amie m’a proposé de la rejoindre pour un pot cet après-midi et j’ai définitivement retrouvé la pêche.) 🙂 )

Et pour vous, comment se passe une nouvelle rencontre ? Comment communiquez-vous sur votre intention et vos désirs? N’hésitez pas à me répondre via les commentaires ou directement par mail fuchsia2006@yahoo.fr.

(.)

  •  
  •  
  •  
  •  

Relations

Depuis début janvier, je me consacre surtout à mon nouveau travail. J’ai quand même réussi mes 2 challenges de développement personnel jusqu’à maintenant :

  • Le challenge blogging (publier 1 article chaque jour)
  • Inviter un homme pour un café 1 fois par semaine.

Mon challenge café  se porte bien, des hommes ont toujours été là pour partager ce café, voire un repas. J’ai fait des rencontres charmantes, mais pour le moment, rien qui ne semble vouloir durer sur le long terme.
Continuer la lecture de « Relations »

Le pouvoir d’agir (1)

Aujourd’hui, Traduction Li-BRe d’un article de Steve Pavlina…

https://www.stevepavlina.com/blog/2019/12/creating-a-more-action-oriented-character/

Quel rôle jouez-vous dans la vie?
Quel Personnage êtes-vous? Un personnage qui passe à l’action? Ou un personnage qui hésite et qui doute ?

 

Imaginons que vous ayez une idée, disons par exemple que vous voulez écrire un article et le publier.
Mais voilà qu’une autre voix se fait entendre dans votre tête, la voix du doute.
Vous hésitez quelque temps, vous vous demandez s’il vaut mieux agir, ou vous abstenir, et vous finissez par ne rien faire.

Ou alors vous passez à l’action, faites quelques pas, puis défaites ce que vous avez commencé.

La faute à cette voix, à ces murmures dans votre tête :
« Finalement je n’ai pas besoin de parler de tout ça…ça n’a aucun intérêt de toutes façons…
Et si quelqu’un prenait mal ce que j’écris ?
Et si je me trompais ?
Et si ça tournait mal ?… »

 

Voilà ce que j’appelle la voix du doute et de l’autocensure.

Nous l’avons tous, cette voix, à un degré ou à un autre.

Cette voix finit par mobiliser tout un réseau de neurones, puis par infecter notre cerveau tout entier; si nous ne réagissons pas, nous finissons par tout censurer, et bientôt c’est notre capacité d’action et de création qui va être intégralement paralysée.

Ça va être compliqué de progresser si nous ne nous autorisons pas à agir, et à suivre notre intuition…

 

Autocensure

Bien sûr que parfois il est plus sage de tourner sa langue dans sa bouche avant de parler ou d’agir, mais si nous le faisons trop souvent, alors nous tombons  dans un piège : le piège du doute et de l’autocensure, avec ses schémas mentaux qui détruisent et infectent ensuite tous les domaines de notre vie.

Je vais vous expliquer ce qui se passe : à chaque fois que vous étouffez vos élans créateurs,  ce ne sont pas juste quelques idées que vous réprimez. C’est votre cerveau tout entier que vous entrainez au doute et à l’autocensure générale.

Voilà le piège ! Qui peut devenir également le piège d’une relation toxique, d’un job qui ne vous convient pas, ou d’une habitude qui vous dessert.

Si votre vie n’est pas extraordinaire aujourd’hui, c’est probablement à cause d’un excès d’autocensure. Comment voulez-vous progresser si vous vous bridez en permanence ?

Imaginons que vous ayez envie d’avancer, voire de vous dépasser, de prendre des risques.

Vous voulez passer à autre chose, ou améliorer votre situation, mais voilà : la fameuse petite voix qui se fait entendre et vous arrête : la voix du doute et de l’autocensure.

Du coup vous ne bougez plus, et c’est un an de votre vie qui passe à la trappe.

Le temps ne sera pas tendre avec vous si vous abusez de l’autocensure

Le doute

Le doute est là pour nous empêcher de faire une erreur, pour nous protéger, pour limiter les dommages que nous pourrions subir, qu’ils soient d’ordre physique, social ou financier.

Mais gardons-nous de mettre toutes les erreurs sur le même plan…Certaines erreurs sont des leçons de vie extraordinaires et même des occasions uniques d’apprendre. Certaines erreurs sont les conditions d’un succès à venir

Dans certains domaines, Vous ne réussirez jamais rien, si vous ne faites pas beaucoup d ‘erreurs !

A l’opposé, le doute nous maintient dans notre zone de confort, quand il nous semble plus rassurant de rester à l’abri. C’est toujours risqué de sortir de sa zone de confort…

Sachez que le doute, sachez que l’hésitation vous mentent! Vous pariez sur la sécurité et le confort, mais c’est probablement la stagnation et le déclin qui vous attendent. En fait pendant que vous vous reposez, et prenez de l’âge, le monde continue à accélerer.

Vous vous retrouvez complètement largué, déconnecté de ce monde, qui est un monde en mouvement. Un monde d’action…

 

A suivre 🙂 )